Rechercher
  • LN

Reconversion : 5 défis à relever

Mis à jour : juin 21



Le parcours de reconversion est comme le parcours du combattant ! Il y a des obstacles, mais surmontables avec de la volonté et de l’entraînement. C’est aussi un peu les montagnes russes émotionnelles : on a peur, on est enthousiaste, on panique, on est impatient… Et puis, dans un monde où on se définit beaucoup par son métier, pas facile d’aller vers ce qui nous fait vibrer.


Prêt ? Alors prenez votre paquetage, c’est parti soldats !


Obstacle 1 : neutraliser le regard des autres


Lorsque l’on prend la décision de se reconvertir, surtout dans un domaine à l’opposé de son métier actuel, le jugement et les conseils des autres peuvent être pesants : « Tu as un métier stable et bien payé. Tu prends des risques inconsidérés », « Tu imagines dans le contexte actuel ! », « Tu ne vas pas arriver à te dégager un salaire pendant un long moment ». L’avis des autres peut nous dérouter, nous détourner de nos réelles envies.


Je prends de la hauteur :

Ces personnes sont plus bienveillantes et maladroites qu’autre chose. Elles voient votre décision sous leur propre prisme. Elles souhaitent que vous soyez heureux.se, mais vous le démontrent mal. Elles projettent leurs propres peurs sur vous. Elles sont peut-être même inconsciemment admiratives de votre choix, de votre courage. Elles auraient peut-être adoré, au fond, avoir la même audace que vous.


Obstacle 2 : reprogrammer ses croyances


On les appelle les croyances limitantes. Je les appelle des programmes, majoritairement enregistrés entre 0 et 7 ans et étoffés tout le reste de la vie. Il y a des programme qui nous élèvent : « Crois en toi » et des programmes qui nous bloquent dans la réalisation de nos rêves : « Il faut travailler très dur pour pouvoir gagner sa vie ».


Je prends de la hauteur :

Tout est une question de choix, de perception. Concrètement, si vous restez sur vos programmes enregistrés depuis des années, vous pouvez rester comme paralisé.e dans un état qui ne vous rend pas heureux.se. L’idée est de reformuler toutes ces croyances de façon positive, en commençant par « Et si… »


Ex : « Je ne vais pas pouvoir assumer financièrement » => « Et si, l’énergie de l'espoir ultime me donnait l’impulsion créatrice nécessaire de tout surmonter ».


Obstacle 3 : traverser la zone de panique


La zone de panique est tout à fait normale puisque nous sortons de notre zone de confort. C’est le terme le plus employé, mais j’aime plutôt parler de « zone de connu », puisque pour moi, rester dans une zone de confort est totalement inconfortable. On reste englué.e et aveugle. On est en dehors du mouvement qui est perpétuel et on se laisse submergé.e sans s’en rendre compte.


Je prends de la hauteur :

A la base, tout processus est cyclique : processus de deuil, processus de nos émotions… Il suffit simplement de l’accepter et de vivre cette période en mode « surveillance » posté.e camouflé.e derrière un talus (petite colline qui ne ressemble à rien et derrière laquelle on peut rester à attendre des heures sans trop savoir pourquoi😊).


Rester également conscient qu’après cette zone de panique, il y a « le basculement ». Le basculement vers « la zone d’accomplissement », l’accomplissement de soi en tant que personne qui vit en conformité avec ses valeurs.


Obstacle 4 : structurer sa déferlante d’idées


Lorsqu’on entreprend une reconversion, on est un peu comme un savant fou. On a mille idées à la seconde et, la plupart du temps, personne pour canaliser cette folie. On veut tout, tout de suite et maintenant. On est impatients.


Je prends de la hauteur :

Le concept de « la boule de neige » : pour penser à long terme, il faut sortir de la logique de résultats et entrer dans une logique de « petits pas ». Petit à petit, en persévérant, la boule de neige prend de l’ampleur et peut même embarquer avec elle dans sa lancée d’autres boules de neige. Adoptez celui de la responsabilisation : objectifs, actions, étapes, échéances.


Obstacle 5 : surmonter l’envie d’abandonner


L’impression de mettre en œuvre une énergie colossale, sans résultat derrière, que ce que l’on fait ne sert à rien. Le sentiment de s’agiter dans le vide sans avancer.


Je prends de la hauteur :

Se détacher du temps, de la notion de résultats tangibles, de suite, maintenant. Et puis… Il y a ce fameux point de non-retour. Le moment où on rencontre des gens avec le même grain de folie que nous, avec cette folle envie démesurée de changer le monde. Quand on leur soumet une idée, elles ne se contentent pas simplement de répondre « Vas-y », elles te soutiennent en plus. Tout arrive à point. C’est la difficile balance entre agir et laisser la vie s’occuper de nous. C’est comme lancer une ou des bouteilles à la mer et voir ce que ça donne.


Rester fidèle à ses valeurs dans cette étape de vie reste alors primordial. Vous n’êtes pas prêt ? Vous n’y serez probablement jamais. Ne cherchez pas la perfection, allez-y !


Pour les fans de Harry Potter, je resterai sur l’image de la voie 9 3/4. Harry fonce vers le mur avec son charriot, il est terrifié et a l’impression qu’il va se prendre le mur en pleine face. Seulement, de l’autre côté, il y a son monde à lui, sa réalité, celle qui lui correspond, ici et maintenant.






35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout