Rechercher
  • LN

Se détacher d’une relation amoureuse toxique



Nous avons vu précédemment ce qu’est une relation amoureuse toxique et quels sont les signes précurseurs. Penchons-nous à présent sur quelques pistes pour s’en sortir.


1. Se sevrer


Sur le même principe que notre article 4 conseils pour mieux vivre le deuil amoureux, la période de sevrage semble inévitable.


Cette première étape relève d’une véritable décision extrêmement difficile à prendre. Elle est très douloureuse à vivre, d’une part, parce qu’elle implique une rupture totale avec l’être aimé ; d’autre part, parce qu’il reste difficile de s’y tenir.


Il s’agit de rompre tout contact avec la personne que l’on a aimé ou que l’on aime encore, que ce soit de façon visuelle, auditive, tactile, olfactive. Une coupure radicale, mais nécessaire pour bénéficier du silence dont vous pourriez avoir besoin.


Cela peut impliquer de bloquer la personne sur les réseaux sociaux, afin de ne pas être tenté de scruter sa vie, ranger tous les objets, photos et souvenirs liés à votre relation. Vous pourrez toujours y revenir plus tard, afin de prendre la décision de conserver ou de jeter ces souvenirs.


Enfin, si vous ne souhaitez vraiment plus être en contact avec la personne pendant un moment, peut-être la bloquer sur votre téléphone et votre boîte mail. Si vous en ressentez le besoin et, selon les circonstances de la rupture, prévenez la personne de cette période de « sevrage » et de sa nécessité.





2. Renouer avec ses points d’ancrage


Certaines relations amoureuses toxiques peuvent nous amener à nous éloigner de nos points d’ancrage sans que nous nous en rendions compte : amis, famille, collègues… Il devient plus que jamais primordial de renouer avec ces personnes en mettant l’ego de côté. Avec une bonne explication, ces personnes qui vous sont chères seront à même de comprendre votre éloignement temporaire et votre besoin d’être soutenu.e. Peut-être même que ces personnes auront vécu la même expérience que vous.


Il est important de s’entourer de personnes de confiance sur qui on peut compter en cas de coup dur. Elles constituent un cadre sain et solide.


3. Comprendre que je me suffis à moi-même


La notion de dépendance est très présente dans les relations amoureuses toxiques. Aussi, un travail d’introspection sur ses ressources et qualités est bénéfique. Une des solutions serait d’amorcer de nouveaux projets ou de revenir sur des projets abandonnés : projets professionnels, personnels… L’idée est de se convaincre qu’on sait se débrouiller seul et que ça a déjà été le cas maintes fois.





Sur une feuille ou un carnet, tracer trois colonnes :


- Projets déjà accomplis.

- Ce que ça m’a appris de positif sur moi.

- Ce que je peux en faire maintenant.


Prenez le temps nécessaire pour remplir ces trois colonnes.


Exemple :


- Projets déjà accomplis : j’ai su mener à bien de bout en bout ce dossier professionnel.

- Ce que ça m’a appris de positif sur moi : j’ai su à la fois être autonome, mais aussi activer tous les acteurs impliqués dans le processus.

- Ce que je peux en faire maintenant : me questionner sur mon envie à manager un projet et mettre en place les actions pour y arriver.


Dans ce processus de détachement, ne pas culpabiliser de s’être engagé.e dans une telle relation. Les personnes toxiques sont attirées par des personnes très empathiques, qui voit la beauté en chaque personne, au point de s’oublier.

Ne pas hésiter à se faire accompagner afin de retenir de cette expérience des enseignements et ne pas reproduire ce même schéma.


Deux fois par mois, je réponds sur le site de L'optimisme.com à vos questions portant sur l’amour en général, les relations amoureuses, le couple, la sexualité. Je vous propose des outils concrets alliant développement personnel, sophrologie et auto-hypnose.

Une question ? Envoyer un mail à : helene@loptimisme.com

65 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout